Search

Nord


Source: Archives of Public institution Nature Park Medvednica

Medvednica

Les pentes boisées de la Medvednica (souvent désignée par le nom de son sommet, le Sljeme) offrent un refuge en pleine nature accessible par le tramway depuis le coeur de la ville. Les randonneurs peuvent emprunter des sentiers balisés pour atteindre les auberges de montagne (« planinarski dom ») où les attend une cuisine bon marché, copieuse à base de produits frais. Le Parc naturel

 

de Medvednica est un refuge qui fourmille d’espèces végétales et animales et de curiosités culturelles et géologiques. La grotte de Veternica, par exemple, se trouve au coeur d’un paysage karstique de 10 km² d’une grande richesse en termes de formations rocheuses. La grotte principale s’étend sur 2 km, dont les 380 premiers mètres sont ouverts au public. On peut y admirer les ossements d’un ours et rendre visite

 

(voire adopter) aux habitants actuels, les chauves-souris. Autre idée de visite : les mines d’argent de Zrinski exploitées depuis le 16ème siècle lorsque le Comte Petar Zrinski obtint l’autorisation d’y extraire les précieux minerais. Après deux siècles d’exploitation, certains affirment que le réseau de grottes s’étend jusqu’à l’arrondissement de Gornji Grad au centre de Zagreb.


Gornja Stubica

Gornja ou « Haute » Stubica offre une ambiance de village paisible et des panoramas vallonnés. Pour la plupart des Croates, ce nom est associé à celui de Matija Gubec qui a conduit la révolte paysanne au 16ème siècle. Pour sa peine, Gubec fut arrêté, emmené à Zagreb, marqué au fer rouge et écartelé sans ménagement.

 

Un vieux tilleul devant une charmante maison ancienne en bois (qui abrite aujourd’hui un pub) est le seul témoignage vivant de cette époque. Non loin de là, la collection du palais d’Oršić retrace l’histoire de Gubec et de la région de Zagorje.

 

 



Source: Archives of Public institution Nature Park Medvednica

Marija Bistrica

Marija Bistrica, l’un des sanctuaires mariaux les plus fréquentés de Croatie, attire chaque année des milliers de pèlerins. Cette charmante petite ville a pour décor une campagne magnifique et l’Eglise Sainte Marie des Neiges, érigée sur la place pavée principale,

 

est vraiment surprenante. Le site est consacré à la Vierge Marie en raison d’une statue en bois noir miraculeuse de la Vierge à l’Enfant remontant au 15ème siècle. Tandis que les Turcs approchaient, un prêtre de la paroisse eut l’idée de cacher la statue mais il mourut avant de pouvoir révéler la cachette

 

secrète. Des décennies plus tard, la statue révéla sa présence en émettant une lumière. La statue fut à nouveau cachée et retrouvée au 17ème siècle et fait depuis l’objet d’une adoration ; beaucoup lui attribuent des pouvoirs de guérison.


Belec

Dissimulé au pied de la montagne Ivanščica, le minuscule village de Belec recèle un magnifique exemple d’architecture sacrée en l’Eglise Sainte Marie des Neiges. Entourée à l’extérieur de murs de défense contre les incursions ottomanes, son intérieur est richement décoré avec une abondance de fresques peintes par un artiste local, Ivan Ranger, et un ensemble exceptionnel d’autels dorés qui sont l’oeuvre d’un sculpteur de Graz, Josip Schokotnigg. Récemment restauré, ce chef-d’oeuvre de l’art baroque croate vaut assurément le détour.

Lepoglava

Autre site religieux majeur, Lepoglava a été fondé par les moines pauliniens au 14ème siècle. Outre l’édification d’une église et d’un monastère splendides, l’ordre a beaucoup oeuvré dans les domaines de l’éducation, la médecine, l’art et la culture. L’ordre a été aboli sur décret de l’Empereur Joseph II et les moines ont quitté Lepoglava en 1786.

 

En 1854, le monastère devint une prison. Même si les ailes neuves abritent toujours le pénitentiaire central de Croatie, les bâtiments du monastère ont été rendus à l’Eglise en 2001. La prison elle-même est célèbre pour avoir accueilli des prisonniers politiques comme Josip Broz Tito et Franjo Tuđman.


Trakošćan

Lorsque certains disent que Zagorje est une contrée aux châteaux de contes de fées, ils ont probablement à l’esprit l’image de Trakošćan. Enchevêtrement blanc de tours et de murailles perché au-dessus d’un lac, au milieu des collines et des forêts, Trakošćan saisit par sa beauté spectaculaire. Bâti au 13ème siècle à des fins

 

défensives, il est devenu par la suite la résidence de la famille Drašković qui, au 19ème siècle, convertit la forteresse en palais romantique. Parfaitement préservé, le château abrite un musée au quatrième niveau dont les salles représentent différents styles de décoration intérieure.

 

 

 

Brochure